Accueil > Histoire > Poilus (Joseph ROLIN)

Biographie de ROLIN Joseph

ROLIN Joseph est né à Maconcourt le 18 avril 1869. Il est le fils de d’Eugène Hyppolyte (29 ans) cultivateur et de BRIQUE Marie-Louise (25 ans).

Au conseil de révision, c’est un jeune homme d’1m69, aux cheveux châtains et aux yeux bruns. Il possède une bonne instruction, puisqu’il a quitté les Vosges natales pour occuper un poste de caissier à la recette particulière de le Havre (Seine inférieure) à l’époque.

Le 16.11.1890, il est appelé au service militaire, au 79ème régiment d’infanterie de Neufchâteau, donc retour dans les Vosges. Il restera dans le dit régiment jusqu’au 18.03.1893 et employé en fonction de ses qualités, puisqu’il est second secrétaire du trésorier. Il est entré comme 2ème classe, il sort caporal, avec son certificat de bonne conduite en poche.

Il passe dans la réserve d’active, le 01.11.1893. Puis, part à Vitry le François (51).
Il accompli une période de réserve du 28.09.1896 au 25.10.1896 au 79ème R.I à Neufchâteau, alors qu’il demeure maintenant à Courbevoie (92).
Il se marie le 30.01.1899 à PARIS 17ème, avec TUPIN Angèle, née en 1876 à Paris.
Une seconde période de réserve est faite du 02.10 au 29.10.1899, toujours au 79ème R.I de Neufchâteau.
Joseph quitte Courbevoie pour Creil en 1901.
Il passe dans la territoriale le 01.11.1903.

Du 24.09.1906 au 06.10.1906, il accompli une dernière période de réserve au 52ème régiment d’infanterie territoriale (R.I.T) de Neufchâteau.
Il revient en Lorraine en 1907, et passe dans la réserve territoriale le 01.10.1909.

Mobilisation générale le 02.08.1914, il arrive le 04.08.1914 au 52ème R.I.T. Tout porte à croire qu’il retrouve ROUYER Paul de deux ans son cadet et affecté au même régiment. Il travaille essentiellement aux travaux de défense des places fortes que sont : Toul et Nancy.

Le 01.10.1915, il est présumé libéré du service militaire, pourtant le 01.10.1916, on lui fait savoir qu’il est maintenu au service du ministre de la guerre.
Début 16, les premiers combats pour le régiment se déroulent autour de Pont à Mousson.
En 1917, Joseph est à Badonviller (54). Ce sont les combats dans les cols vosgiens pour fermer la route à l’ennemi.

Joseph est placé en sursis d’appel pour une durée illimitée, à compter du 05.09.1917, en qualité d’employé à la coopérative de Lorraine de Dombasle / Meurthe. C’est-à-dire, qu’étant un peu « vieux », pour aller au front, il fallait remplacer tous ces bras pris dans les tranchées. Joseph est donc rattaché à un régiment au cas où, mais travaille dans le civil. C’est ainsi, que l’on trouve beaucoup de monde dans les scieries (planches pour les baraquements et étayages des tranchées), usines (tourneurs, fraiseurs), pour fabriquer les obus et les armes. Les femmes remplaceront à leur tour les hommes, à cette tâche ingrate, manipulant la mélinite, poison qui en rendra certaines stériles. Ainsi certains « vieux » partiront au front malgré leur âge, surtout à partir de 1917. Joseph ne sera « quitte » définitivement que le 30.11.1918, sur une décision du 15.11.1918, soit à l’âge de 49 ans. Alors que 47 ans était l’âge maximum, soit 1916……

Joseph a participé à l’effort de guerre (plus que largement) et a donc mené campagne contre l’Allemagne du 04.08.1914 au 05.09.1917.

Commémorative de la guerre 14-18
Nous retrouvons Joseph à Maconcourt, en 1921, en compagnie de son épouse Angèle et d’une amie qui réside chez eux : LOCHET Eugénie, couturière de métier, née à Paris en 1843. Il est défini comme propriétaire …
Webmestre : Didier Duval
Créé : 04 Février 2018
http://www.maconcourt.com