Accueil > Histoire > Poilus (Henri BEURARD)

Biographie de BEURARD Henri

BEURARD Henri est né à Maconcourt le 15 février 1879. Il est le fils de Charles (34 ans), vigneron au village et de GILBERT Maria, sans profession. Au conseil de révision, c’est un solide gaillard d’ 1m78 qui exerce la profession de marchand de porcs et demeure à Pleuvezain.

Il est appelé pour effectuer son service militaire de trois ans le 15.11.1900, au 7 ème bataillon d’artillerie à pieds. Il est libéré le 19.09.1903 avec son certificat de bonne conduite.

Il passe ainsi dans la réserve, dans ce même régiment stationné à Toul.

Henri effectue une période de réserve au 156 ème régiment d’infanterie de Toul du 07 au 16.09.1906. puis une seconde période du 20.09 au 06.10.1909 au 126ème bataillon d’artillerie à pieds. En effet, chaque soldat à l’époque suit le tableau ci-après en fonction de son âge.

21 à 23 ansArmée d'activeRégiments d'active (1er à 176ème RI)
24 à 34 ansRéserve de l'armée d'activeComplètent les régiments d'active et composent les régiments d'infanterie de réserve (201ème à 376ème RI)
35 à 41 ansArmée territorialeComposent les régiments d'infanterie territoriale
42 à 47 ansRéserve de l'armée territorialeComplètent les régiments d'infanterie territoriale et composent les unités de GVC


Il passe ainsi dans la territoriale en 1913, la guerre approche, c’est déjà un vieux en comparaison des nouvelles recrues de 20 ans. Le 02.08.1914, il est rappelé au 6 ème régiment d’artillerie à pieds –régiment d’Albert DUVAL-, à Toul.

Le 01.03.1916, il passe au 8ème régiment d’artillerie à pieds d’Epinal -16ème batterie-. C’est la création de cette batterie. Henri part pour la SCHLUCHT et reste jusqu’au 05.09.1917. Ensuite, il va sur Belfort jusqu’au 09.01.1918 pour aller à Bussang, aménager un dépôt de munitions. Le 16.02.1918, il revient à sa garnison d’Epinal et repart le 09.04.1918 pour la région d’Amiens à Bacouël où il décharge des munitions en prévision de l’attaque d’août 1918 dans la Somme à l’est d’Amiens. L’armée allemande commence à s’essouffler. Henri est toujours dans la région d’Amiens. Le 16.10.1918, sa 16ème batterie est dissoute.

Il passe au 159ème régiment d’artillerie à pieds, régiment tout neuf , car créée le 16.10.1918, à Epinal. Henri finit la guerre dans la région de Nancy. Le 24.01.1919, Henri est démobilisé. Il retourne à Pleuvezain. Il a deux enfants, en 1923, lorsqu’il passe dans la réserve territoriale. On ne trouve trace de son mariage que le 24.10.1939 avec DIDELOT Camille. Est-il veuf et se remarie-t-il ? Ou est-ce un mariage tardif ?

Henri décède le 01.03.1970 à Pleuvezain.
Webmestre : Didier Duval
Créé : 01 Février 2018
http://www.maconcourt.com