Accueil > Patrimoine > Légende Ferrières
LA LÉGENDE DE LA PIETA DE FERRIÈRE EN PATOIS ET SA TRADUCTION. ©
Agrandir
C'éto y né bin longto. In rébourou d' Méconcoûe tréveillo do s'champ « d'Gérard Fossé » ous qui né in p'tiot ru quo oteur les finèges de Vicherey é pu d'Méconcoûe.
In bé joue o brezeniant épré lé source le voilé que mo et joue eune statue d'lé boine Virge. D'ousqu'eule veno ? Péchonne no s'évô rin. L'éto si pesante qui n'pou'io lé motte do sé houtte pou lé ramoiné. Quos so fare ? l'éto bin o poine. I so fe voére l'curé de Vicherey que li djé : « J'va allé lé quoiri è pu j'lé mottra do l'mouteil, i né d'lé pièce.»
Austo i fâ étolé du bues éprés in châ è pu les voilé que so nollon. I mottons lé statue évou bin dou mô do l'châ et i lé quélon bin épois évou du boutte d'étrin ; è pu haille ! Ma l'évin comptait tout seûle. L'évin bé s'démoiné : « Hue Fanfan, haille Bâtisse ! », l'châ demoiro su pièce, è les cô d'chesseures è les cô d'bôtons n'y fiint rin. Lé statue s'fio si pesante que les bues n'pouyin déhouté l'châ. Et fauche de tépé è d'hûlé, no paure jô no poyen pu.
L'idaye lo vin d'fare toûné les bues d'lote couté, è les voilé sauvet o drossant lé queue jusqu'o hô d'lé côte, lé ous qu'o tire dou mineret ! è pu i s'erréton : pu moyen d'lé fare bougi !
Les boines jô virent bin qu'lé boine Virge demoiret tout lé. Do quéque joue i li fire eune chépelle : les minoux tirin tes pires, les rébourous les moinin, les méçons les errangin, les charpenteilles firent l'tôt, l'menegi fié l'heuche, l'merchô moté lé serrure, è pu s'fe fâ. O moté lé boine Virge d'do è pu li o co. (De pe lé hô eule pu voidié les paures jô d'Méconcoûe è co so des élantoue.)
Monsue l'Curé baillet et tourtout sé bénédictions è los i fiait fare et tourtout eune boine mérande. Epré celé i fiait s'nait les tro tieuche è les jones jô et les bacelles s'mirent et rondiait jusqué lé neuille.
TRADUCTION DE LA LÉGENDE DE LA PIETA DE FERRIÈRE
C'était il y a bien longtemps. Un laboureur de Maconcourt travaillait dans son champ de « Gérard Fossé » où il y a un petit ruisseau qui est entre les finages de Vicherey et puis de Maconcourt.
Un beau jour en travaillant près de la source le voilà qui met au jour une statue de la bonne Vierge. D'où venait-elle ? Personne n'en savait rien. Elle était si pesante qu'il ne pouvait la mettre dans sa hotte pour la ramener. Qu'en faire ? II était bien en peine. II alla voir le curé de Vicherey qui lui dit : « Je vais aller la chercher et puis je la mettrai dans l'église, il y a de la place. »
Aussitôt il fait atteler deux boeufs après un chariot et puis les voilà qui s'en vont. Ils mettent la statue avec bien du mal dans la voiture et ils la calent bien avec deux bottes de paille ; et puis allez ! Mais ils n'avaient compté que sur eux-mêmes. Ils avaient beau se démener : « Hue Fanfan, haille Baptiste ! », le chariot demeurait sur place, et les coups de fouet et les coups de bâton n'y faisaient rien. La statue se faisait si pesante que les bceufs ne pouvaient faire avancer le chariot. A force de frapper et de hurler nos pauvres gens n'en pouvaient plus.
L'idée leur vint de faire tourner les boeufs de l'autre côté, et les voilà sauvés en dressant la queue jusqu'en haut de la côte, là où on tire du minerai ! et puis ils s'ârrêtèrent et pas moyen de les faire bouger !
Les bonnes gens virent bien que la bonne Vierge voulait demeurer là. En quelques jours ils lui firent une chapelle : les mineurs tiraient les pierres, Les laboureurs les conduisaient, les maçons les arrangeaient, les charpentiers firent le toit, le menuisier fit la porte, le maréchal mit la serrure, et puis ce fut fini. On mit la bonne Vierge dedans et depuis elle y est toujours. (Depuis là-haut elle peut garder les pauvres gens de Maconcourt et ceux des alentours.)
Enfin Monsieur le Curé donna à tous sa bénédiction et il leur fit faire à tous un bon goûter. Après cela il fit sonner les trois cloches et puis les jeunes gens et les jeunes filles se mirent à faire la ronde jusqu'à la nuit.
© Texte tiré du livre de Roger Wadier
Le Reliquaire enchanté
Imprimerie de la plaine des Vosges
88500 Mirecourt
Webmestre : Didier Duval
Créé : 09 Novembre 2002
http://www.maconcourt.com