Accueil > Histoire > Monument aux Morts (Charles Joseph HENRY)

Biographie de HENRY Charles Joseph

HENRY Charles Joseph est né à MACONCOURT le 12 juillet 1880 dans une modeste famille où son papa -Joseph- est manoeuvre au village et sa maman GARDEUX Claire Virginie sans profession. Il aura trois soeurs Mathilde, Marie Léonie et Maria Augustine.

La famille HENRY est une vieille famille du village. Charles suit l'école communale et y reçoit comme beaucoup d'enfants de son âge, une instruction qualifiée d'élémentaire. Les bras étant plus importants que de savoir lire et écrire.

Le conseil de révision en 1901, l'exempte de service (3 ans à l'époque) à cause d'une hernie. Il mesure 1 m 69. Mais la guerre arrive et va mobiliser 8 millions d'hommes sur ces 52 mois de conflit mondial. Et là, Charles va faire l'affaire et être déclaré « Bon pour le service » en décembre 1914 pour aller dans l'armée territoriale. Ce passage dans la territoriale durait 7 ans. Nous retrouvons Charles au 4° bataillon de chasseurs à pieds, dont la garnison est à Saint Nicolas de Port (54).

Les Bataillons de Chasseurs à Pied (B.C.P) sont composés généralement d'hommes de petite taille, très vifs et excellents tireurs. Ces bataillons rapides agissent en tirailleurs à l'avant de l'infanterie, profitant des accidents de terrain pour se poster et viser, contrairement à l'infanterie qui agit en formation. Ils sont un peu les ancêtres des commandos.

Ces bataillons au nombre de 31 en août 1914 sont reconnaissables au bleu jonquille de leur uniforme, au cor de chasse et leur pas dit «du chasseur». Autre particularité, il n'existe qu'un seul et unique drapeau pour ces 31 bataillons.

Il est dirigé vers son régiment le 24 février 1915 et y arrive le lendemain, avec 1 officier, 7 sous-officiers, 13 caporaux et 157 chasseurs. Ce qui porte l'effectif du bataillon à 20 officiers et 1353 hommes de troupe.

Nous trouvons notre 4° B.C.P à Langemark-Poelkapelle en Belgique à 50 kms de Lille. C'est la bataille d'Ypres. A son arrivée, Charles est mis en réserve avec le reste du bataillon. Puis début mars, il travaille à la fortification des premières lignes, l'ennemi ne montrant que peu d'activités. Puis le 4°B.C.P change de cantonnement pour aller relever le 2° B.C.P, et ce pour quelques jours puisqu'à son tour le 2° B.C.P relève le 4°. On signale malgré tout quelques pertes chez nos chasseurs qui reçoivent aussitôt des renforts. Le 4° B.C.P voit une création de sections de mitrailleuses. La France en cette année 15 de guerre totale donne tout ce qu'elle a, tout ce qu'elle peut. Mais pour Charles, le contact avec le front sera certainement le plus bref des enfants de Maconcourt puisqu'il décède le 27 mars 1915 à l'hôpital n° 53 de Givry (71), pour des raisons que l'on ignore (blessures - maladies). Sa transcription sur les registres de Maconcourt s'effectuant dès le lendemain.

Il sera porté sur son livret militaire qu'il a effectué une campagne contre l'allemagne du 25/02/1915 au 23 mars 1915.

Pucelle régimentaire
« Qui s'y frotte s'y pique »
Le 4° B.C.P reçoit pour ses 4 citations la fourragère aux couleurs de la médaille militaire le 05 mai 1919
Le 4° B.C.P
Webmestre : Didier Duval
Créé : 18 Octobre 2010
http://www.maconcourt.com