Accueil > Patrimoine > Ferme vosgienne
Ferme vosgienne (et village lorrain)
La lorraine sans ses villages, c'est un peuple sans ses racines, tant l'histoire de cette province fut forestière et rurale : le paysan, le berger, le vigneron, tous regardaient vers le clocher trapu ou pointu dressé au-dessus de la masse des toits rouges. C'était leur village où pas un ne manquait à l'appel des cloches chaque soir, dans la longue et large rue animée tout le jour par les allées et venues des femmes à l'épicerie ou au lavoir, des enfants rentrant de l'école, des troupeaux vers l'abreuvoir.
Agrandir
Le bâti de la commune de Maconcourt offre des alignements de maisons jointives, typiquement lorrain par le caractère groupé de ses constructions autour de l'église.
Les fermes sont généralement implantées en retrait de la chaussée laissant libre un espace autrefois ouvert et semi-collectif (l'usoir) où s'entreposaient notamment les éléments liés à la vie agricole de l'époque.A l'arrière de ces fermes, on observe encore les jardins potagers et vergers qui accompagnent traditionnellement les constructions et composent la ceinture végétale du village.
A l'image de nombreuses communes de la région, le village de Maconcourt comporte encore de nombreuses fermes traditionnelles pleines de caractère.
Agrandir
Une ferme traditionnelle typique de Maconcourt où l'on retrouve l'organisation classique de la ferme à trois travées (habitation, grange et écurie).
C'est un modèle de ferme quasi invariable que l'on retrouve de manière plus ou moins régulière dans le Haut-Saintois.
A Maconcourt, elles sont essentiellement datées du XIXéme siècle et constituent un patrimoine architectural remarquable à préserver et mettre en valeur. Les deux plus anciennes sont datées des XVIIéme et XVIIIéme siècle
Ces fermes abritaient sous un même toit personnes, animaux, fourrage et machines. Ces trois fonctions se traduisent par une organisation sous la forme de trois travées distinguant l'étable, la grange et la partie habitation.
Cet agencement se répercute en façade où la partie habitation est marquée parfois par une porte piétonne accompagnée de deux ou trois fenêtres sur 2 niveaux, la grange est identifiée par une imposante porte charretière cintrée (autrefois nécessaire pour l'entrée des charrettes à foin) et l'étable offre généralement deux ouvertures plus réduites en façade. Le toit à deux pans comporte le plus souvent un bédane du côté des vents dominants
La pierre de taille (calcaire local) apparaît pour l'encadrement de toutes les ouvertures et parfois pour les pierres dangle et les soubassements.
La porte piétonne est toujours accolée à la porte charretière avec un jambage commun composé d'une imposante pierre de taille. Elle est régulièrement accompagnée dun travail de sculpture souvent remarquable qui témoigne de l'existence dun réel savoir-faire à l'époque.La traverse d'imposte (sous le linteau) indique la date de la construction ainsi que les initiales des propriétaires bâtisseurs. En son absence, les linteaux (porte piétonne et fenêtres) vous apporteront quelques indications : s'ils sont cintrés, vous êtes en présence d'une ferme antérieure à 1820 (mais postérieure à 1750), s'ils sont droits, la construction est postérieure à cette date.
Webmestre : Didier Duval
Créé : 29 Novembre 2002
Dernière mise à jour le 04/01/2003 16:00
http://www.maconcourt.com